Le Burundi ne compte que 9% de francophones

Étant membre de l’association internationale de la francophonie depuis 1970, les statistiques de l’Organisation Internationale de la Francophonie(OIF) montrent que le Burundi ne compte que 9% de francophones alors que le français est l’une des deux langues officielles du pays.

Gilles Ganivet conseiller de la coopération et d’action culturelle à l’Ambassade de France au Burundi l’avait indiqué le soir de ce jeudi 24 Novembre 2022 quand l’association burundaise des enseignants du français était en train de célébrer la 2ème édition de la journée internationale dédiée aux professeurs du français.

Le thème qui avait été choisi pour cette journée est: « l’enseignant burundais de français, contributeur au développement ».

Cela laisse à apprécier tout le travail que la France laisse devant elle, a-il ajouté.

Pierre Nduwingoma président de l’Association Burundaise des Enseignants de Français (ABEF) a quant à lui fait savoir que les défis qui s’observent dans la didactique de français sont partagés, que ça soit de la part des enseignants et des apprenants.

D’une part, certains enseignants n’ont pas des connaissances requises pour pouvoir enseigner cette langue, d’autre part il y a des apprenants qui ne parviennent pas à s’exprimer en français.

A cela s’ajoute les causes liés au manque du matériel didactique, l’encadrement ainsi que la crise de la personnalité des enseignants.

Nduwingoma a ajouté que cette association des enseignants compte mener dans les écoles un projet intitulé « Savoir pour bien éduquer ». Ce dernier va aider principalement les apprenants dès la 5ème année jusqu’à la 9ème fondamentale à mieux maîtriser le français, comment il se construit, le parler, l’écrire ainsi que l’enseigner.

« Il sera finalement l’occasion de vérifier si avec un encadrement pointu on peut amener les apprenants à des compétences communicatives digne de son nom », a-il martelé

Pour Frédéric Bangirinama secrétaire permanent au ministère de l’éducation nationale qui a représenté le gouvernement du Burundi dans ces cérémonies, le français constitue une force motrice dans l’activiste des connaissances de cette discipline et les autres disciplines non linguistiques.

La deuxième édition de cette journée a été célébrée au moment où le monde francophone enregistre déjà 900.000 professeurs de français et plus de 120 millions d’apprenant(e)s de français et des autres disciplines en français également, a laissé entendre Gilles Ganivet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *