Kayanza-Muruta: La pomme de terre, pillier des recettes agricoles

La commune de Muruta est l’une des communes de la province de Kayanza très productives en pomme de terre.

Elle se cultive dans la région de hautes montagnes avec une technicité inhabituelle et contribue à hauteur de 75 % des recettes agricoles en commune Muruta.

Certains cultivateurs de la pomme de terre de cette commune, qui jadis, travaillaient en solo, sont actuellement regroupés en coopératives agricoles visant à rentabiliser cette culture.

Hakizimana Félix est membre d’une des cinq coopératives que compte la commune.
Ce cultivateurs nous parle des avantages et des progrès déjà réalisés au sein de la coopérative Tugwize Umwimbu oeuvrant sur les collines de Muciro, Rwagongwe et Muganuza sur une superficie de plus de 15 hectares :
«Au paravant chacun ne cultivait que son petit lopin de terre, un certains Gaspard Ngendakumana nous a rassemblé et nous a fait part de sa proposition pour la création de cette coopérative qu’il dirigera depuis sa création. Nous avons commencé avec une somme de deux millions, mais actuellement nous projetons avoir plus de quatre-vingts millions issus de cette récolte de plus de 100 tonnes de pomme de terre.»

Cette coopérative qui a engagé plus de 30 employés à majorité femmes a fait que ces employés non seulement obtiennent de quoi se nourrir mais aussi d’avoir de nouvelles idées sur les techniques agricoles comme le souligne Isidore Niyonzima, agronome communal à Muruta.

Il ajoute que cultiver en coopératives présente aussi d’autres avantages surtout en cas de l’indisponibilité des engrais chimiques.

Même si la culture des pommes de terre présente plus d’un avantage, elle ne manque pas de difficultés aussi.

Selon F Hakizimana, le manque de terres cultivables ainsi que des semences sélectionnées handicapent leur projet de développer la culture de la pomme de terre.
Il revient à l administration de leur venir en aide pour résoudre ces problèmes.

Audace Hacimana, administrateur de la commune Muruta reconnaît l’apport de la pomme de terre en taxes communales et encourage ceux qui travaillent encore individuellement de rejoindre les coopératives pour une bonne production.

En ce qui est des cultivables ou des semences sélectionnées, cet administratif conseille tous ces demandeurs de se confier à l’administration, qui à son tour ne ménagera aucun effort pour que ces questions soient vidées.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *