Kayanza: Baisse du prix d’un kilo de viande de boeuf

L’administrateur de la commune Kayanza Gilbert Nyandwi a décidé depuis ce lundi 9 janvier de revoir à la baisse le prix d’achat d’un kilo de viande de boeuf passant au moins de 12000 à 10000 franc burundais.

Cette décision prise par l’administration communale n’a pas été bien accueillie par les bouchers qui déplorent qu’elle a été unilatérale parcequ’elle ne tient pas compte de la valeur et de la disponibilité du bétail à abattre sur le marché à kayanza disent ils.

Selon ces derniers, les autres bouchers qui fréquentent ce marché en provenance de certaines localités du pays où le prix de viande de bœuf est très élevé pourraient contribuer à leur perte.

Par contre, la décision a été salutaire pour les consommateurs de viande de Kayanza qui dénoncent l’absence d’un prix fixe ces derniers jours pour cette denrée tant sollicitée.

Cependant, ils regrettent que le prix d’une brochette est resté à 2000 fbu malgré la baisse du prix d’achat d’un kilo de viande.

Ces consommateurs demandent à l’administration communale de renormaliser ce prix d’une brochette comme avant l’arrivée de la maladie du Rift Vally qui a attaqué les vaches et à fait que leur abattage soit interdite.

Rappelons qu’avant cette épidémie bovine, la brochette de boeuf à Kayanza s’achetait à 1500 fbu.

Pour l’administrateur communal de Kayanza, les raisons qui l’ont poussé à prendre cette mesure sont entre autre la mise en vigueur d’une décision du cabinet du gouverneur de la province Kayanza qui demandait à tous les administrateurs de veiller à ce que le prix d’un kilo de viande de bœuf ne dépasse pas 10.000 fbu.

Ensuite de contraindre aux vendeurs de bétails à abattre à réduire le prix de ce dernier qui tend à devenir de plus en très élevé sur les marchés provinciaux.

Enfin, Nyandwui recommande aux bouchers et aux vétérinaires communaux d’une part et d’autres part aux administratifs à la base de veiller à la mise en application de cette mesure faute de quoi, de lourdes sanctions seront infligées aux récalcitrants

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *