Burundi: Manifestation des signes de désertification

Selon Ingénieur Innocent Banigwaninzigo représentant de l’Association Ensemble pour la Protection de l’Environnement (ASEPE) en sigle, l’effet de pratique agricole, le réchauffement climatique, la perte de potentialité biologique des terres sont les signes de la désertification au Burundi.

Lors de son intervention dans une émission IBIDUKIKIJE à l’une des radios locales « Bonesha FM », il a précisé que les régions où se manifestent ces signes sont entre-autre: Gihanga, Kirundo à Murehe là où il fait semblant de pleuvoir, mais ne pleut pas convenablement, des montagnes dégradés de Buragane, Makamba et de Mwaro.

Il a fait savoir que les causes de cette désertification observée sont aussi les phénomènes climatiques extrêmes liées au dérèglement climatique (sécheresses récurrentes, faibles précipitation, érosion des sols ), l’exploitation minière, l’absence de jachère, la déforestation, la surexploitation des sols et le surpâturage par le bétail.

Il a déploré par la suite que le projet EWE BURUNDI URAMBAYE (un Burundi bien habillé) qui consistait à planter les arbres sur toutes les collines du pays et qui était perçu comme une solution à la désertification présente des manquements:

« Des arbres qui ont été plantés ne sont pas suivis. Sur un hectare, on devrait avoir 11000 arbres, aujourd’hui, les montagnes sont toujours dégradés. Depuis ces 4 ans d’existence de ce projet, beaucoup d’arbres sont disparus, les uns ont été ravagés par les bestiaux et les autres ont été plantés tardivement en saison d’été. Le projet a été bien élaboré mais la population n’a pas été impliqué dans sa gestion, » a t-il regretté.

De surcroît, il rappelle que le Burundi avait signé en 1997 l’accord mondial sur la désertification qui a été ratifié en 1992. En 1994 on a commencé à célébrer la journée mondiale de la désertification, un indicateur de désertification au Burundi.

Signalons que sur la superficie de 27834 km du Burundi, 70% sont des montagnes.

En 1970, les brousses occupaient entre 60 et 70% du territoire, mais aujourd’hui, elles couvrent l’étendu de 7% seulement.

lnnocent Banigwaninzigo a terminé en invitant la population burundaise a lutté contre la désertification.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *